Amérique du NordMexique

Découverte du Yucatan

Découverte de Celestun

Le guide du routard annonçait : des kilomètres de sable fin blanc, l’indolence de ce bourg isolé et sympathique, un petit village de pêcheurs. Puis il y a aussi les flamands roses migrant ici pour se nourrir dans la lagune. 😊 Attrayant tout ça, surtout que ces pauvres bêtes, mal en point il y a quelques années, ont été au cœur d’un projet de conservation « des espèces et de développement  du tourisme ». Elles sont maintenant suivies de près, nous aussi on veut les voir de près !

De près, la plage nous l’avons vu, ses déchets aussi, là devant nous, à l’entrée du village, aux bords des ruelles, dans les jardins…

De près on a arpenté le port et ses immondices en pagaille au flanc des bateaux,

De près on a vu les pêcheurs ranger leurs filets et les pélicans à l’affût d’un poisson.

De près, nous avons traversé le village à bord du taxi « tuc tuc » de Joan pour aller voir les flamands roses.

De près, nous avons saisi l’ampleur du désastre !

De près, nous réalisons à quel point la saleté est partout jusque devant chaque maison !

De près, quand on les a vu les flamands roses, nous avions les pieds dans la M…. et la main sur le nez.  

Mais on les a vu… et de loin, ils sont beaux les flamands roses.

Nous avons interrogé Joan, notre guide/chauffeur pour qu’il nous éclaire sur la situation.

Le pauvre jeune homme, nous a avoué être lui-même dégoûté par tous ces déchets, cette « misère poubelle » mais qu’en fait la plupart des villageois ne s’en tracasse pas le moins du monde et que la nature sert elle-même de poubelle !

Ça nous l’avions bien remarqué. Tout le monde évolue au sein de ce « village décharge » sans y prêter la moindre attention. Joan entend ce que nous essayons de lui expliquer et avoue se sentir démuni, qu’il en parle à la municipalité… Il met en avant le tourisme qui pour lui, fait (sur)vivre le village, et souhaite que chacun d’entre nous reparte avec une belle image de son village.

Et les touristes, parlons en des touristes, tiens ! Qu’en pensent-ils ?

Sans doute pas grand-chose, car de loin, on ne le voit pas. Les bus s’arrêtent à l’entrée du village,

Et de loin ils peuvent embarquer sur un bateau pour découvrir la lagune , l’endroit est propre…

Et de loin, tout le monde est content.

Jusqu’au jour où la jolie carte postale sera tellement noircie, que ces beaux oiseaux s’envoleront vers d’autres horizons, d’autres terres moins polluées, ils partiront au loin…

Et de près les touristes les suivront et s’en iront au loin à leur tour…

Les habitants de Celestun, eux, resteront de près avec leurs plages souillées, abîmées, leur lagune trop polluée et malheureusement plus que leurs yeux pour pleurer.

Mais pourquoi diable les gens jettent ils leurs déchets à même le sol ? N’y a-t-il pas de camions poubelles ?

Ben si… il en existe avec un fonctionnement bien particulier comme nous le découvrons par la suite…

Dzibilchaztun

Difficile de choisir quels sites archéologiques explorer ; il y en a tellement dans le Yucatan… Tout comme les cénotes d’ailleurs

On opte pour celui de Dzibilchaltun (qui signifie « lieu où l’on écrit sur la pierre ») aujourd’hui car il offre aussi une cénote, parfait pour se rafraichir et comme ça on combine les deux! Et puis on ne demande qu’à en découvrir encore et encore… 😉

C’est dimanche, il y a du monde qui trempe. Les mexicains sont au RDV ! Le site est agréable et la cénote d’un bleu azur/vert, l’eau est transparente. Elle est bien différente de la première que nous avons vu ; Différente par sa couleur, différente par sa taille, différente par son attrait… mais tout autant plaisante à sa manière.

Tixkokob et cenote Homun

Petit tour à Tixkokob, village réputé pour la fabrication artisanale de hamac. Un artisan nous explique toute la confection et nous pousse à essayer le tissage !

Des cénotes, des cénotes… On en veut encore !!!

Cette fois c’est l’appel de la cénote « Tzaujunkait » à Homun.

 Nous y accédons par un escalier abrupte en pierres, n’oublions pas de bien nous tenir à la corde ! Et nous nous enfonçons dans le cœur de la terre…

Le cœur de la terre où se cache la cénote.

Le cœur de la terre s’offre à nous,

La grotte s’est en partie effondrée, offrant un trou béant

Un trou béant laissant passer un peu de lumière.

Malgré le peu de lumière, nous en prenons plein les yeux !

L’atmosphère est chaude et humide, de la végétation pousse dans ce faisceau lumineux…

Et là bas, sous les stalactites se profile une étendue d’eau bleue transparente,

Dans cette eau transparente, on y aperçoit même de drôles de poissons !

Nous nous retrouvons de longs moments seuls en famille au cœur de la terre

Ce cœur de la terre nous surprend, nous comble…

Nous avons eu un véritable coup de cœur pour ce morceau du cœur de la terre, pour ce lieu magique et majestueux ! Amis voyageurs on vous la recommande 😉

Des cénotes, des cénotes… On en veut encore !!!

10 réflexions au sujet de « Découverte du Yucatan »

  1. Bonjour à vous,

    Désirez vous améliorer la statue ou le backlink

    de votre site web?N’hésitez pas à me contacter

    pour un échange d’article croisé pour contribuer

    au bon référencement de nos deux sites sur les

    moteurs de recherche. Vous verrez, ça rapport

    avec votre activité.

    Dans l’attente de votre retour,

    C.A. DUPRES

  2. Ces fameuses «cenotes » ont l’air merveilleuses! Ça respire la pureté et la nature, contrairement à d’autres lieux décrits malheureusement… profitez en bien, grosses bises à vous et beau réveillons de fin d’année 😊

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *