Amérique CentraleCosta rica

La “Pura Vida” continue…

De San José, nous rejoignons Puntarenas

De là, nous faisons naviguer Yéoti jusqu’à Paquera sur la péninsule du Nicoya, 1 heure de traversée.

Nous débarquons au beau milieu d’une nature luxuriante, il y a une seule route sinueuse et étroite à travers la montagne. Des singes passent juste au dessus de nous sur un câble électrique; on grimpe, on descend… de véritables montagnes russes jusqu’à la Playa Tambor.

On fait connaissance avec Elisabeth, une costaricienne vivant juste en face de l’océan. Elle nous propose un succulent repas typique à la chandelle servi directement sur la plage  🙂 

On profite de sa douche extérieure ; bien appréciée après une journée à suer ! Le paysage est apaisant et face à nous, se profile une île en forme de crocodile ! 😉

Le lendemain, on discute avec d’autres locaux, on écoute leurs divers conseils avant de repartir.

Cette fois, direction Montezuma par une route encore bien « sportive ».

Après quelques kilomètres de pistes, on descend pour arriver dans un village comprenant une seule rue, le bazar !! On se retrouve coincé par un bus et des voitures face à nous. Oh ! Oh !! Après plusieurs manœuvres de la part de tous, chacun parvient à passer.

Mais on va où là ? On continue  dans cette petite rue en se demandant bien où nous allons pouvoir nous garer ou même faire demi tour ?

Un costaricain nous conseille, il n’y a qu’un seul endroit où nous pouvons nous mettre; bon Ok… on y va ! Et quelle chance !

On arrive sur un vaste parking de sable face à l’océan. Le lieu idéal pour mettre un pied à terre ! On s’installe et on profite.

Nous rencontrons un couple d’italiens en vacances pour quelques semaines. Ils nous conseillent sur les différentes promenades à effectuer pour voir des cascades perdues en pleine nature.

On part à l’assaut de la première. Le chemin est un véritable terrain de jeux, nous grimpons, enjambons, traversons des cours d’eau, escaladons et tout au bout la chute d’eau avec un grand bassin. L’endroit idéal pour se rafraîchir! La petite famille se baigne, plonge, passe sous la cascade…

L’autre cascade est bien différente, elle communique avec l’océan. ‘Faut qu’on aille voir ça! 😉

On marche sur la plage en plein soleil pendant plus de 2h, on sue, on souffre… Heureusement, nous sommes subjugués par le paysage, entre les cours d’eau, les panneaux indiquant la présence de crocos (et nous laissent rêveurs ! 😉 ), d’un côté une végétation dense et de l’autre l’océan avec ses grandes plages de sable fin. On traverse une plage de surfeurs, une autre sur laquelle les tortues viennent pondre, on marche tantôt sur la plage tantôt dans la forêt… On a chaud, très chaud !

On passe devant une maison  avec un homme seul assis face à l’océan ; on l’accoste, on discute, il nous donne accès à son robinet pour remplir nos gourdes. 😉En fait, il s’agit du gardien de la bâtisse. On l’interroge sur la cascade, pour lui, elle n’a rien d’extraordinaire, juste un peu d’eau qui part dans l’océan! Ah?! On commence à douter… mais maintenant qu’on est là, on ne va pas faire demi tour.

Au bout de la dernière plage, il faut encore escalader des rochers pour voir la cascade. On ne défaillit pas et on fonce ; et… Effectivement, quelle déception, tout ça pour ça !! ☹ La cascade est sympathique mais sans plus, surtout après une randonnée comme nous venons d’endurer. On s’amuse quand même à passer dessous et à barboter dans le petit bassin relié à l’océan mais si on avait su…

Au retour on s’arrête à nouveau vers la maison, il est plus de midi, le soleil tape fort. Cette fois en plus de remplir nos gourdes, on passe sous la douche extérieure pour se rafraîchir. On n’en peut plus… 😉

Quelle joie lorsque nous retrouvons notre campement en début d’après midi. Par contre, nous sommes exténués pour le reste de la journée ! 😉

2 jours plus tard nous allons jusquà la plage El Coyotte

Quelle aventure !! Cette plage se trouve plus au nord.

Nous empruntons une piste nous menant face à un rio. Un rio avec plus ou moins 50 cm d’eau, Yéoti pourrait sûrement passer mais le rio est large et nous ne savons pas s’il  y a plus de profondeur plus loin. Après hésitation, observation et analyse, nous préférons faire demi tour.

Et c’est reparti pour plus de 20 kms de piste. On va (re)manger de la poussière et être de nouveau secoués dans tous les sens !! ☹

Yéoti a besoin d’eau (enfin plutôt nous !), le réservoir est presque vide ; des hommes travaillent sur la chaussée et ils ont un jet d’eau ! Cool!! 😉 On tente, ils acceptent de nous en donner quelques litres gracieusement.

C’est reparti ! On continue d’avancer difficilement; Yéoti souffre et nous aussi. On prend une autre route sans trop savoir comment elle va être. Nous voilà de nouveau sur une piste, 🙁 on traverse des rios mais avec moins d’eau, cette fois; peut- être 20 ou 30 centimètres. Nous rencontrons un couple de danois hésitant face à l’eau. On analyse ensemble, puis chacun se lance à tour de rôle ; une expérience unique pour nous… Mais courante au Costa Rica !!

Nous avions au départ 40 kms à effectuer ce jour-là, nous les aurons effectués en 4h !! Allez, on continue de monter!

Encore une journée de route difficile.

On s’installe dans un camping à Samara sur la côte Pacifique, le camping Alhoa. C’est Fernando qui nous accueille. Il est “belgo-tico” et est employé dans le camping. Le contact passe tout de suite, on sympathise rapidement. On parque Yéoti sous les cocotiers avec d’un côté un rio et de l’autre l’océan avec sa grande plage de sable fin. Tico c’est le surnom des habitants du Costa Rica car avant, les personnes utilisaient beaucoup de mots diminutifs comme “chiquitico” (signifiant très petit), “blanquitico” (très blanc)… 

Le camping est rustique mais il propose toutes les commodités utiles et nécessaires. L’accueil est chaleureux… Et puis, le paysage est somptueux, un vrai petit Paradis ! 😊

Nous y séjournons 6 jours, le record depuis le début de notre périple ; nous avons même du mal à repartir.

Finalement le 28 février, on replie tout direction Playa Flamingo se trouvant plus au nord. Depuis plusieurs kilomètres, il  y a beaucoup plus de touristes, tout est de plus en plus “américanisé”. On aime moins… ☹

On se gare sur une petite piste face à la plage et l’océan. Le lieu est très agréable mais…

Le lendemain, on va voir Playa Grande réputée pour être une des plus grande plage au monde où viennent pondre les tortues marines. Nous découvrons encore de beaux paysages, de grandes plages avec en majorité des touristes nord américains.

Nous organisons un « conseil de famille » et décidons d’un commun accord de retourner à Samara que nous avons quitté sur un goût d’inachevé. 

Nous assistons au festival de la tortue avant de partir. Les associations sont présentes pour sensibiliser les personnes aux déchets et à leurs conséquences sur l’environnement marin. Intéressant ! Il y a des artistes, des groupes folkloriques, on est bien dans l’ambiance ! On écoute, on regarde, on se fait dessiner des tortues sur les bras, on refuse les sachets d’eau que l’on nous offre, on a nos gourdes avec nous… On profite du festival!

Nous ne comprenons pas pourquoi dans une telle manifestation, ces mêmes associations servent toutes les denrées dans du plastique même l’eau ?! ☹ L’un des jeunes hommes explique à Thomas qu’il n’y aurait pas d’entreprise vendant des gobelets réutilisables au Costa Rica et les faire venir d’Europe n’a aucun intérêt… On entend, mais ça nous laisse perplexe… N’y a-t-il pas d’autres solutions quand même?!

On quitte les lieux en fin de matinée direction 2h plus au sud. On rebrousse chemin pour retourner au camping Alhoa. :

De retour à Samara, tout le monde est content… et quel accueil !

Les filles retrouvent les copains avec qui jouer, ils sont tous ravis de se retrouver. C’est reparti pour des parties d’Uno en espagnol à n’en plus finir.

On retrouve ces paysages à couper le souffle et cette sérénité que nous apprécions tant 🙂

Finalement, on y restera 11 jours supplémentaires. 11 jours à  découvrir, profiter des lieux, créer, partager…

On passe des journées agréables, on se laisse vivre, on profite des joies de la plage et de l’océan avec ses grosses vagues, on observe des poissons de toutes les couleurs, des petits, des gros… On s’amuse à développer notre imagination en créant avec des noix de coco et des “semillas”… On se sent bien ici, reposé, apaisé.

On partage aussi des dizaines de parties d’Uno avec les enfants et Fernando. On fait des feux de camps sur la plage, des barbecues…

Fernando est trilingue (anglais, espagnol, flamand) et apprend le français. Parfait! Alors on discute en français, en anglais et en espagnol ; enfin on essaie ! 😉. Les filles quant à elles progressent de plus en plus en espagnol.

Nous passons de superbes moments inoubliables avec tous: les enfants (Isabella, Juan Paolo et Leslie), avec Fernando mais aussi Gérald, Sandrine, Hugo et Thomas , une famille française venue en repérage. Elle a décidé de tout plaquer pour venir s’installer au mois d’août dans le pays. Nous leurs souhaitons beaucoup de bonheur dans cet écrin de “Pura Vida” !!

Il y a aussi Pega à ne pas oublier… notre fidèle compagnon canin de toutes nos soirées. Et puis tous ces iguanes… 

Bref, que de souvenirs à raconter, impossible de tous les retranscrire par écrit mais une chose est sûre, ils resteront gravés dans le cœur de chacun d’entre nous, comme une trace indélébile laissée par notre aventure tica à Samara. 🙂

C’est avec une boule au ventre que nous nous remettons en route à la conquête de nouveaux horizons, de nouvelles aventures, de nouvelles rencontres… la vie au Costa Rica est malheureusement beaucoup trop chère et puis de toute façon, Yéoti n’est pas trop adapté aux routes 🙁 et il nous reste tellement de choses à découvrir !!

Nos derniers jours au Costa Rica avant notre passage au Nicaragua

On fait escale au nord de Liberia dans le jardin d’un hollandais venu s’installer il y a quelques mois au Costa Rica. Nous rencontrons un jeune couple de polonais dormant en tente. Chaque voyageur passant par là, est invité à laisser une trace sur un de ses murs ; le paradis pour Oneylia ! Elle s’amuse à dessiner avec le soutien de Yoline

Le lendemain, nous préférons reprendre la route car l’endroit n’est pas très plaisant. L’appel de l’océan et d’un lieu paisible est très fort. On va jusqu’à la Playa Solez vers la Cruz. Voilà, on l’a trouvé ce lieu !! Un couple de Vancouver, Dan et Catherina est déjà sur place avec ses 4 enfants âgés de 10 mois, 3 ans, 6 ans et 8 ans. On passe du temps ensemble, on fait connaissance… Cette famille voyage en voiture avec une tente dépliable sur le toit ! Chapeau bas !!! A comparé, nous vivons dans le luxe. 😉

L’endroit est chouette, calme et beau mais l’océan est froid ; personne n’a vraiment envie de s’y baigner. On décide de boucler la boucle et passer notre dernière nuit dans la même finca qu’à notre arrivée dans le pays. On y voit à nouveau une multitude de singes et on a même la chance d’y apercevoir 2 paresseux dont un avec un bébé ! 😊 (nous avons perdu nos photos suite à une défaillance de notre carte SD 🙁 ) Quel beau spectacle juste avant de repartir ! Merci Dame Nature pour ce cadeau !!

Notre page du Costa Rica se tourne. Nous franchissons la frontière du Nicaragua avec hésitation mais aussi détermination.

2 réflexions au sujet de « La “Pura Vida” continue… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *