Amérique du NordEtat-unis

Le Nouveau Mexique

On ne tarde pas à reprendre la route pour cette fois-ci rejoindre Santa Fe. Après 2h30, nous voilà dans la capitale du Nouveau Mexique fondée en 1610 par les espagnols.

Etats Unis

On fait une première étape au “farmer market” dans l’idée de pouvoir acheter des fruits et légumes. Nous ne trouverons pas d’aliments mais des artisans vendant leurs créations. Ils nous “sautent” tous dessus les uns après les autres, il faut dire qu’il n’y a pas beaucoup de personnes et puis, on doit sûrement sentir le “touriste” à plein nez! 🙂

Après un tour à tous les stands, nous filons vers le centre ville situé à quelques miles.

On trouve facilement à se parquer en plus super, on peut rester pour dormir ici ;Yes !

Ce sera promenade dans la ville. Whaou… Quel changement ! Pas de building, les maisons sont en terre rouge, on découvre un nouveau paysage, plus chaleureux, les rues sont petites, il y a quelques petits commerces mais essentiellement des boutiques pour les touristes, surtout fortunés! 🙁  Bien dommage à notre sens car ça enlève une partie du charme de cette petite ville. 

En arrivant sur la “Plaza”, nous sommes attirés par des chants et de la musique. Nous nous précipitons pour aller voir et découvrons des indiens en train de faire un show. Les hommes chantent et jouent de la musique pendant que des enfants font des danses traditionnelles. Quel spectacle! Ils sont trop beaux ces petits bouts d’enfants dans leurs costumes. 🙂 Les plus grands sont couverts d’une peau de bison de la tête jusque dans le dos… Les chants sont très prenants, on est tous captivés, intrigués et émerveillés! 

On continue notre tour de la ville, un tour assez rapide car le centre n’est pas bien grand. On croise beaucoup d’indiens, de mexicains et de touristes essentiellement américains, il nous semble… L’ambiance est au commerce, il y a tellement de touristes ici!

On passe la nuit sur un parking face à un building du gouvernement; ce qui fait sourire Elony car il n’est pas plus grand qu’une grande maison bourgeoise, rien à voir avec les buildings new yorkais! 😉 

Le lendemain (8/10), le réveil est un peu difficile, peut-être l’accumulation des semaines précédents bien intenses?! On rencontre John ce matin…

John voyage depuis 8 mois avec pour compagnon son chien dans une camionnette aménagée. Il dégage une sympathie hors du commun et sa quête dont il nous fait part nous intrigue… Et nous fait rêver! John recherche un trésor caché depuis très longtemps. Il avance au rythme de ses lectures et de ses découvertes. On le croirait sorti de notre imagination mais non, il est bel et bien là, face à nous à nous faire la conversation et nous emmener avec lui dans cette histoire mystérieuse et intrigante.  Nous espérons qu’il parviendra à trouver ce qu’il cherche d’ici peu …

En tout cas, John nous apportera un rayon de soleil dans notre journée ! 🙂 “Nice to meet You !!” 😉

On se remotive et c’est reparti! On a repéré un petit garage dans Santa Fe, allez on retente pour le chauffage!

Le mécanicien est absent à notre arrivée, on doit repasser dans 2 heures. 

Tant pis, on va attendre, pour une fois qu’on ne nous envoie pas balader! 

On trouve un endroit avec de super jeux (quand on vous dit qu’il y en a vraiment partout!), idéal pour faire passer le temps et distraire les filles.

On en profite pour user de notre tonneau et faire une machine 🙂 ; pour ceux qui ne connaissent pas: prendre un baril bien hermétique, quelques balles de tennis, un peu d’eau, de la lessive et de l’énergie pour le faire rouler, l’agiter… C’est assez drôle à faire quand on peut se relayer! La débrouille… mais ça fonctionne ! 

Les heures passent, on retourne au garage. L’homme très sympathique regarde notre chauffage gracieusement, teste le courant et nous conseille. Enfin quelqu’un qui nous aide un peu 🙂

On repart avec des pistes… à creuser! 

Ce soir, nous allons jusqu’à Los Alamos pour passer la nuit sur un parking destiné aux RV et pourtant nous sommes les seuls; une nuit calme s’annonce 🙂

Los Alamos, située à 2200 mètres d’altitude, a été créée au début de la 2nde guerre mondiale pour concevoir la 1ère bombe atomique 🙁

Depuis, la ville reste un site fédéral qui joue un rôle important dans la recherche; que ce soit pour la défense, l’informatique, la santé ou encore l’environnement… Une drôle de ville où nous n’avons pas forcément envie de nous arrêter, ça tombe bien car on n’a pas le droit!! Et oui, à l’entrée de la ville, nous avons passé un poste de douane avec contrôle d’identité du chauffeur et petit tour rapide dans le camping car. Le douanier nous demande de traverser la ville sans nous arrêter avec interdiction de prendre des photos. Pas de problème, nous n’avons pas envie de garder des souvenirs de cet endroit! Roulons, roulons, bien vite le parc national!!

Quelques miles plus loin, nous arrivons à l’entrée  du parc. Nous devons nous garer en haut du site et attendre une navette pour descendre (et oui, nous sommes encore à plus de 2000 mètres d’altitude) et l’accès est possible uniquement par les navettes de l’atomic city”.

Arrivés devant le “visitor center”, un ranger nous explique ce que l’on peut voir dans le parc et nous donne quelques recommandations « no restrooms and no water behind this point »… Le parc est axé sur la vie des anciens « pueblos » qui ont occupés cet endroit pendant plus de 700 ans avant de le quitter vers 1400 pour s’installer dans le Rio Grande.

Le long du parcours, nous découvrons les ruines d’un de leurs anciens villages; les pièces dans lesquelles ils vivaient, travaillaient ou dormaient n’ont ni porte ni fenêtre, et l’entrée se fait par un trou dans le toit ! C’est assez surprenant. En fait, ce ne sont pas réellement des maisons à proprement parlé mais une succession de pièces minuscules, partagées entre tous, les lieux sont communs.

Plus loin, nous grimpons des échelles appuyées sur de grandes parois rocheuses pour atteindre d’autres “styles” de chambres. Celles-ci sont taillées directement dans la pierre. Ces hommes devaient être très habiles pour grimper et vivres sur ces falaises!

Malgré le vent et le froid, les filles s’amusent à grimper et à se faufiler dans ces petites grottes, ça les amuse beaucoup … et nous aussi !! 😊

Alors que nous essayons de rejoindre la plus grande grotte au bout du parc, voilà qu’il se met à pleuvoir, un vrai déluge ! ☹ Nous nous remotivons et décidons tout de même de continuer. Nous y voilà ! Cette grotte est géante et creusée à plusieurs dizaines de mètres d’altitude. Nous sommes trempés et congelés, ce sont des grelons qui tombent maintenant, puis de la neige fondante… Yoline, Elony et Thomas ne se « dégonflent » pas et commencent leur ascension. Oneylia est trop petite pour grimper ces très grandes échelles trop glissantes, elle reste en bas avec moi à attendre patiemment sous un feuillage pour nous abriter un tant soit peu😉

Malgré le froid glaçant leurs mains, Elony et Yoline sont fières et contentes d’être montées… La vue est superbe, il y a une “kiva” dans la grotte: il s’agit d’une pièce circulaire qui servait à l’éducation des jeunes hommes et aux cérémonies religieuses.

Une fois tous réunis, nous faisons rapidement le chemin du retour jusqu’au “visitor center”. De nouveau, nous prenons une navette et quelques minutes plus tard, nous nous réchauffons autour d’une boisson chaude dans Yéoti ! 😉

Nous quittons le parc en fin d’après-midi pour nous rapprocher de Taos.

En chemin, nous nous arrêtons chez des vignerons (oui oui, ils font du vin au Nouveau Mexique !). L’endroit nous plaît, il est calme, l’ambiance est paisible au coucher du soleil… Nous restons un moment en terrasse à profiter de ce tableau apaisant!

Nous remontons ensuite la vallée du Rio Grande en quête d’un endroit pour passer la nuit. Il y a beaucoup de petits campings tout le long mais tous sont complets. Devant nous, la route se transforme en piste très raide, impossible à prendre pour Yéoti. Nous décidons de faire demi-tour et nous risquons sur le chemin rocailleux que nous voulions éviter quand d’un coup, un bruit anormal se fait entendre … On a crevé ?! On s’arrête dès qu’on peut au dernier « bout » de terrain libre pour regarder ce qu’il se passe. On interroge le couple  installé pour savoir si nous pouvons rester la nuit- non pas ici mais juste un peu plus haut! La femme semble un peu aigrie et pas très sympathique; contrairement à son ami (mari?) plus avenant et plus accueillant. Nous faisons le tour du camper et découvrons un gros caillou coincé entre les 2 roues jumelées à l’arrière; impossible à déloger, il ne veut rien savoir… Astuce, astuce, réflexion, réflexion… La nuit commence à tomber, on ne va pas tarder à ne plus rien y voir.

Avec l’aide de l’homme, Thomas tente de l’extraire avec une barre métallique et une massette. Il tape, tape, tape, tape encore sur la roche… L’homme couché sous Yéoti pour maintenir et tirer sur le gros caillou, s’écrie « He’s coming !” Thomas tape toujours et l’homme insiste « he’s coming »… pour à la fin s’exclamer en brandissant le “rock” : « it’s a boy ! It’s a boy ! » 😊 Moment assez surréaliste mais tellement drôle avec ces inconnus d’un premier contact un peu froids.

Après cet « accouchement compliqué », la dame nous conduit jusqu’à un emplacement en arpentant une piste rocailleuse grimpant entre le maquis. Elle nous propose gentiment du « firewood » pour nous réchauffer puis nous abandonne, là au milieu de nulle part. Nous sommes seuls au monde, perdus dans l’immensité de cette nature… dans le noir complet !

Nous passerons une soirée très agréable 😉

 Le lendemain, le “gentil” gérant (le couple s’avère être les « gestionnaires » de cet endroit paradisiaque) vient s’inquiéter de savoir si nous allons bien…

…  et si nous ne manquons de rien. On discute un peu, il admire Yéoti. C’est quand même un chouette endroit là où nous sommes venus nous perdre! 🙂

Nous reprenons ensuite la route jusqu’à Taos. Nous avons une superbe vue sur le canyon du Rio Grande… Wahou!

Sur les conseils de John (rencontré à Santa Fe), nous allons visiter les “earthships”. Il s’agit de maisons autonomes en eau et en énergie, qui se veulent sans empreinte carbone . Elles sont en partie construites avec des matériaux recyclés comme des bouteilles en verre, des pneus, des canettes. Le concept a été lancé par Mickaël Reynolds il y a plusieurs années. Au fil des ans, cette architecture a continué à développer et à améliorer son idée de base. Tout est pensé: l’emplacement de la maison par rapport au soleil, la récupération de l’eau de pluie qui sera ensuite réutilisée 4 fois, la position des fenêtres par rapport aux rayons du soleil…

Nous avons été très déçus par la visite du site. Les visiteurs ont uniquement accès à la maison dans laquelle se trouve le bureau des entrées, elle ne ressemble donc plus vraiment à un habitat, à chacun d’imaginer… puis nous apprécions quelques mètres carrés autour de cette bâtisse avec un accès sur son toit, et enfin quelques mètres plus loin, nous avons la possibilité de regarder de l’extérieur d’autres maisons de ce concept, mais très délabrées.

Nous aurions aimé pouvoir en visiter une pour nous rendre plus compte des possibilités et des prouesses, cela aurait été également plus explicite pour les filles. Elles ont aussi été très déçues et se sont vite ennuyées 🙁 . Nous trouvons même plus d’informations sur internet que sur place (www.earthshipglobal.com), ce qui nous permet d’en savoir davantage!

Notre déception, ne nous empêche pas d’apprécier le concept et l’idée. Chapeau  ! 🙂

Après cet arrêt, nous décidons de tracer notre chemin jusqu’au “Mesa Verde”, un parc national situé dans le sud ouest du Colorado.

Une longue route nous attend, nous passons des cols à plus de 3500 mètres d’altitude, il y a de la neige, du vent. Nous ne pensions pas avoir atteint une telle altitude… Mais Yéoti tient bon et nous conduit jusqu’à Pagosa Springs, un village de montagne et le point de départ pour les sports d’hiver.
Nous passerons la nuit sur le parking d’un restaurant après y avoir dîné.

3 réflexions au sujet de « Le Nouveau Mexique »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *