Amérique du NordEtat-unis

Quelques jours à Los Angeles

En arrivant à Los Angeles, nous traversons Beverly Hills; une grande épreuve car les routes ne sont pas en bon état du tout. N’est-ce pas là pourtant un quartier fortuné ? (et le mot est faible)

On hallucine quand même avec cette chaussée bien abîmée. Yéoti souffre à chaque nid de poule! Même les routes de Wallonie sont en meilleur état, c’est dire! 😉 (clin d’œil à nos amis et famille belge)

Comme on s’en doutait, nous voyons d’énormes bâtisses, beaucoup d’autres sont calfeutrées derrière des portails démesurés et une végétation dense, que finalement nous ne les voyons même pas de la route. Les caméras postées un peu partout, nous laisse supposer que ces demeures renferment beaucoup de richesses… et peut être des stars ! 😉 Nous nous amusons à rouler à travers le quartier et nous jouons à “qui peut bien se cacher dans ces    forteresses ?”. Brenda, Brendon où êtes-vous? (pour ceux qui ont connu la série “Beverly Hills”)

Nous faisons ensuite un tour dans le centre de Berverly Hills, entre autre sur le “rodeo drive”; cette rue commerçante n’est pas très longue mais elles regorge de boutiques de luxe, pour la plupart de marques françaises. Pour les fans de cinéma, c’est dans cette rue que Julia Roberts dans “Pretty Woman” fait quelques emplettes  😉

A croire que les touristes ont sortis leurs plus belles tenues et se sont mis sur leurs “31” pour déambuler dans les rues, c’est étrange… On dénote un peu, il nous semble car nous, on se promène en shorts, c’est comique ! 🙂

Notre tour est assez rapide. Nous n’avons pas l’intention de nous attarder davantage.

Nous garons Yeoti sur un parking face aux bureaux d’Universal Studio pour passer la nuit. Ici, nous sommes en sécurité avec un “minion” qui veille sur nous! 😉

Au petit matin, nous prenons le métro aux pieds des studios et atteignons Hollywood. Ah!! Hollywood… un mot qui fait souvent rêver les fans de cinéma!

Et bien, on y est. Nous foulons le sol du célèbre “Walk of fame”situé sur le boulevard Hollywood.

Il y a plus de 2600 étoiles sur les trottoirs et les célébrités souhaitant avoir leur propre étoile doivent payer la petite somme de 30 000$ à une association pour son entretien. Nous trouvons cela un peu étrange vu l’état de ces étoiles… Elles sont sales, certaines sont cassées. De plus, nous n’avons même pas accès aux plus célèbres ni même aux empreintes de certaines stars situées devant le “Grauman’s Chinese Theatre”, une salle de cinéma projetant en avant première la majorité des grands films hollywoodiens. Il y a des barrières juste devant ainsi qu’une grosse “audi”, sûrement qu’il va se dérouler une promotion quelconque.

Bref, le rêve s’est envolé, surtout pour Elony qui attendait ce moment avec impatience. Quelle déception! Le quartier est loin des représentations que nous pouvons avoir en tant qu’européens. C’est sale, très sale même “dégeulasse”, ça sent mauvais partout, on se fait harceler tous les deux mètres par des “vendeurs de rêves” souhaitant nous soutirer un sacré budget pour nous faire faire un tour des maisons des célébrités entre autre…

Et de surcroît, ça ne respire absolument pas la richesse, loin de là. Il y a une concentration alarmante et accablante de personnes sans domicile fixe et des toxicomanes à profusion, nous en croisons plusieurs en plein délire hallucinatoire.  
Nous sommes tous déçus et le rêve Hollywoodien d’Elony est parti en fumée. 

On fuit cet attrape touriste. On monte jusqu’au “Runyon Canyon Park” sur les hauteurs d’Hollywood pour s’oxygéner un peu. Et là, de nouveau déception, les gens viennent simplement pour courir ou promener leurs chiens dans des tenues peu couvrantes, exhibant leur musculature et en exposant un snobisme certain. Ici on sent la richesse et on se croirait dans un monde parallèle. Il n’y a même pas de jeux pour enfants, c’est le premier parc depuis notre arrivée aux Etats Unis qui n’en propose pas. 

Nous fuyons à nouveau et retrouvons Yéoti qui nous conduit jusqu’au “Griffith Park”. De là, nous avons une vue appréciable sur le panneau Hollywood mais il y a énormément de touristes et beaucoup de sécurité. 

D’un commun accord, nous filons ensuite vers Santa Monica, situé à une demie-heure plus au sud. Nous atteignons la plage en fin de journée, enfin un paysage plus agréable et un air plus respirable! Nous profitons des derniers rayons du soleil pour nous aérer avec une petite balade en bord de plage.

Nous dormons cette nuit, en bord de route, à côté d’un parc, seul endroit trouvé où nous pouvons stationner toute la nuit.

Depuis quelques jours, nous nous sommes adaptés au “rythme du soleil”; celui-ci se couchant maximum à 17h30, nous faisons étudier les filles en fin de journée. 

Dès le réveil, nous retournons donc sur la plage pour profiter pleinement des jeux (trapèze, barres parallèles, balançoires…) et de la plage. Nous voyons ce jour-là un énorme nuage de fumée se dégager derrière la colline et en quelques heures l’horizon s’embrume. Le “Woolsey Fire” continue de s’étendre aux alentours de Malibu… On suit l’actualité de très près que ce soit pour celui-ci ou le “Camp Fire” plus dévastateur plus au nord. Quelle tristesse… 🙁

Nous avons été interpellés en traversant la Californie, par la terrible sécheresse qui sévit dans cet état. Toute la végétation est grillée, il n’y a plus d’herbe. Tout est prêt à s’embraser à la moindre étincelle… Le soleil chauffe toujours beaucoup mi novembre pour atteindre des températures de plus de 27° à l’ombre. Et pas une goutte de pluie à l’horizon, on se demande bien depuis quand elle n’est pas tombée.

(Nous sommes accablés un peu plus chaque jour en apprenant les chiffres morbides de toutes ces pertes humaines… et naturelles.)

Nous nous rendons ensuite à “Venice Beach” située quelques miles plus à l’est. On découvre le “Venice Canal historic District”, un lieu où il est très agréable de se promener. Il y a de petits canaux bordés de maisons toutes plus colorées les unes que les autres et de petits ponts; un petit Venise à Los Angeles.

Et on se promène sur le “boardwalk”. Un chemin longeant la plage avec toutes sortes de boutiques pour les touristes, quelques artistes de rue mais aussi une salle de musculation à ciel ouvert “Gold’s Gym” fréquentée à l’époque par A. Schwarzenegger. Nous faisons un crochet par le skate park situé au bord de l’océan dans lequel plusieurs skateurs s’entraînent devant le public, un vrai show! 🙂

Une autre chose nous interpelle aussi et plus particulièrement en Californie, c’est la marijuana. Depuis que cet état, comme d’autre avant, l’a légalisé, l’odeur emplit toutes les rues et plus particulièrement les promenades des plages. Les publicités s’affichent en grand de partout, les dispensaires ont pignon sur rue portes grandes ouvertes, les produits dérivés sont nombreux. Ce sont les mêmes chaînes de magasins depuis le Colorado jusqu’à L.A.! Encore une fois, les américains voient les choses en grand! Is that too much? 

Nous stationnons cette nuit dans un parc industriel plus proche du centre ville. Nous sommes d’ailleurs très étonné qu’à 18h, les commerces soient déjà fermés, seuls des SDF arpentent ou jonchent sur les trottoir, ils sont vraiment très nombreux. Quand ils le peuvent, ils établissent leur campement de fortune (tentes) sous les ponts, ils sont souvent en groupe à ces endroits là.

Nous sommes à quelques miles du centre ville et à proximité d’un métro; parfait pour la sortie d’aujourd’hui! 

Nous ne pouvons pas quitter Los Angeles sans faire un tour dans le Downtown.

On se rend au “District Art” pensant découvrir une quartier regorgeant d’œuvres artistiques. Il y a quelques peintures murales mais lorsque nous avons déjà vu celles présentes à Détroit, celles-ci ne valent pas vraiment le détour, si ce n’est deux ou trois. Et puis, nous les avons cherché, cherché, cherché, en réalité il n’y en a pas beaucoup. Et hop, nouvelle déception à Los Angeles!! 🙁

On enchaîne avec un “farmer market”, rien d’exceptionnel là non plus… 

Le bilan n’est pas très positif pour cette ville, personne n’a vraiment aimé. Elle est trop sale (excepté vers la plage), pas très plaisante. Nous n’avons rien trouvé d’exceptionnel à voir..

Et puis, c’est la première fois que nous voyons une telle concentration de personnes sans domicile, des jeunes, des vieux, des couples… C’est vraiment très impressionnant, accablant, alarmant, écœurant, triste… Il n’y a pas vraiment de mots pour faire part de toute cette misère américaine 🙁 dont on n’a pas forcément conscience de l’autre côté de l’océan, c’est-à-dire chez nous, en Europe.

Nous quittons Los Angeles dans l’après-midi. Nous avons promis aux filles avant notre départ de les emmener à Disneyland en Californie. C’est un peu déroutant surtout après avoir côtoyé toute cette pauvreté… Egoïstes que nous sommes !!!

Tout le monde est debout de très bonne heure ce jeudi 15 novembre, ‘va falloir qu’on soit à l’ouverture du parc car nous n’avons pas encore nos billets

Disneyland California

C’est chose faite ! Nos trois poulettes partagent une excitation débordante. C’est la première fois pour Yoline et Oneylia qu’elles vont admirer leurs personnages de dessins animés.

Nous leurs laissons le soin de raconter leur journée sur leur page, c’était leur moment juste pour elles ! 

Pour notre part, on a gagné notre journée (pas financièrement comme vous pouvez vous en douter 😉 ) mais en tant que parents. Nous avons vu briller des milliers d’étoiles dans leurs yeux d’enfants face à ce (“semblant”) de magie. Et ça vaut bien le coup de faire un tel effort même si nous ne sommes pas adeptes de tout cela.

Nous avons passé une longue journée dans le parc, à profiter un maximum des attractions.
Et cerise sur le gâteau, nous dormons même à l’hôtel car il n’y a aucun endroit à proximité où stationner avec le camping car (merci Mickey!!) 😉 , une nuit confortable satisfaisant petits et grands après 85 nuits en camping car 🙂

Une réflexion au sujet de « Quelques jours à Los Angeles »

  1. Hello,
    Les aventures mexicaines commencent maintenant ! Chouettes
    On attend vos récits les filles…
    Bisous de nous
    Guillou, Christophe, Juliette, Noé, Élise et Félix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *