Amérique du NordEtat-unis

San Francisco

Nous arrivons donc à Saint François le 3 novembre en fin de journée. Saint François ? ça fait quand même moins rêver et pourtant…

N’oublions pas que les espagnols lui ont donné ce nom en mémoire de Saint François d’assise. Bon… On est d’accord, gardons la consonance espagnole, ça sonne beaucoup mieux ! 😉

San Francisco nous accueille avec un splendide coucher de soleil que nous avons largement le temps d’apprécier puisque nous sommes en pleine heure de pointe, donc dans les bouchons sur “Oakland Bay Bridge”; un pont mesurant plus de 7 kms de long, ce qui fait de lui, la plus longue passerelle en acier du monde! Wahou, San Francisco attaque fort avec nous! 😉     

On devine au loin le fameux « Golden Gate », un des symboles de la ville. 

Le soleil disparaît progressivement derrière les buildings qui se profilent. Bon, ça y’est, la nuit est tombée et comme à son habitude, Yéoti nous mène à travers le centre ville. Nous voilà en train de traverser San Francisco au milieu des buildings avec ses rues qui montent et qui descendent sans arrêt avec des dénivelés très impressionnants. Mais Yéoti ne défaillit pas et parvient à nous mener où on le souhaite. Ouf! On s’arrête sur un parking dans un quartier assez classe pour passer  la nuit. Et quelle nuit agitée et bruyante!! Welcome!

Les kilomètres avalés la veille par Yéoti et son chauffeur hors pair ont fatigué tout le monde. Nous resterons tranquilles ce dimanche pour profiter des joies de la côte. La découverte de San Francisco attendra bien encore une journée. En plus changement d’heure aujourd’hui, nous reculons d’une heure. Toute la famille s’est levée très tôt.

Nous rejoignons « Baker beach » tôt le matin. Il y a essentiellement des pêcheurs de crabes puis progressivement se profile une ambiance plutôt familiale. 

Nous profitons de l’océan et du sable; une belle journée de farniente, sous un soleil radieux et une température agréable pour satisfaire tout le monde. En plus, de là nous avons une vue imprenable sur le Golden Gate (la plage se situe en contre bas); nous l’empruntons en fin de journée pour passer sur l’autre rive.

Quelle chance, nous arrivons à temps pour voir le coucher de soleil. On s’établit face à lui pour passer la nuit. L’endroit est très calme et quelle vue !!

Le lundi 5 novembre, chacun a rechargé ses batteries prêt à visiter plusieurs quartiers de la ville. Nous commençons par le quartier « Haight Ashbury ». 

Ce quartier doit son nom à l’intersection de deux rues (Haight et Ashbury), pas très original mais facile à retenir!

Il  est réputé pour avoir été le berceau du mouvement hippie dans les années 60. Il fallait absolument qu’on aille voir ça ! 😉

A l’heure actuelle, on ressent toujours une ambiance décontractée voir très très décontractée plutôt anarchique. Nous croisons beaucoup de personnes en marge de la société, le quartier est sale et l’odeur pas très agréable.

Il y a beaucoup de magasins de seconde main (mais les tarifs restent élevés), des boutiques plus “psychédéliques” et au milieu des boutiques affichant des prix exorbitants !? L’esprit hippie ne semble plus trop d’actualité, juste recyclé à des fins marketing.

Nous partons ensuite à la recherche de la maison bleue, située à proximité de Haight Ashbury.

Heureusement, qu’une plaque « commémorative » avec la photo de Maxime Leforestier et des explications est placardée dessus, merci aussi à internet, sinon nous ne l’aurions jamais trouvée. Les nouveaux propriétaires en sortaient lorsque nous sommes arrivés, c’était assez comique ! Ils n’avaient pas l’air surpris de voir des personnes faire des photos, ça les faisaient plutôt sourire. Yoline et Oneylia sont très contentes de l’avoir vu car elles ont appris cette chanson l’année dernière. Il était indispensable qu’on aille jusque-là.

Nous continuons notre exploration de la ville par le quartier « le Castro », il succède le quartier hippie. Ce quartier représente le cœur de la communauté « gay » de San Francisco. Effectivement, beaucoup de drapeaux sont affichés même les passages pour piétons revêtent les couleurs de l’arc en ciel. Le quartier est donc plutôt coloré, c’est super joli! Il est agréable de s’y promener, il est beaucoup plus propre que le précédent par contre, les boutiques affichent parfois un peu trop les plaisirs charnels (essentiellement masculins). C’était un peu particulier de se promener avec les filles et de répondre à leurs interrogations! 

On arrive ensuite au « Dolores Height » où nous nous posons un bon moment pour que les filles profitent du parc (Mission Dolores). Il est spacieux et très verdoyant, les jeux pour enfants sont géniaux (même les adultes peuvent les faire !), on en oublie que nous nous trouvons dans une grosse ville. En haut d’un des toboggans, nous avons une vue dégagée sur le centre ville avec ses buildings. C’est un parc très agréable.

Nous enchaînons ensuite par le plus vieux quartier de la ville « Mission District ». C’est ici qu’a eu lieu la première mission d’évangélisation au XIIIe siècle. Il s’agit d’un quartier très populaire où la majorité des personnes parlent espagnols.

Nous terminons notre balade avec un rapide passage devant l’opéra et l’hôtel de ville dans le quartier de Hayes Valley. Nous goûtons notre première crème glacée de chez “Smitten” refroidie dans un nuage de fumée à l’azote liquide juste sous nos yeux.

Nous passons de nouveau la nuit face au Golden Gate au même endroit que la veille. 😊

C’est plaisant de se promener à San Francisco, la ville est agréable et les quartiers tellement différents. Nous avons encore beaucoup à voir…

Nous décidons de rester une journée supplémentaire pour satisfaire notre envie de découvertes 😉

Nous prenons un bus pendant plus de 45 minutes pour rejoindre le « Chinatown ». Ce quartier a même une porte d’entrée! Chinatown est semblable à ceux que nous avons déjà vu dans d’autres grandes villes, exceptés peut être des peintures murales plus présentes ici et le fait que San Francisco possède la plus forte concentration de chinois en dehors de la Chine, plus de 120 000 !!!

On se promène dans le quartier français qui n’a plus rien d’exceptionnel. Il reste seulement quelques bistrots et restaurants, héritage d’une présence française très importante au XIXe siècle. On longe celui des affaires pour redescendre dans le centre ville « Downtown ». Celui-ci est à nouveau très sale, l’odeur des rues est désagréable, on se décide à prendre un « Cable Car » pour rejoindre un autre quartier.

Le Cable Car est un tramway à traction par câble datant pour le premier de 1873. Plus d’une centaine d’années après leurs créations, tous les tramways ont été rénovés et leurs câblages devenus trop dangereux ont été changés . Ce mode de transport est devenu essentiellement une attraction touristique car il existe d’autres moyens plus rapides pour rejoindre les différents endroits desservis.

Le voyage est folklorique, il conserve son cachet d’époque aussi bien par son wagon que son conducteur usant de ses deux grosses manettes (semblable à une pince) pour le faire avancer et freiner dans ces rues  montantes et descendantes aux gros dénivelés; telle une attraction! On a tous bien aimé.

Il nous mène jusqu’au « Fischerman’s Wharf », un quartier situé au bord de l’océan dans lequel, il y a beaucoup de restaurants et de boutiques pour les touristes.

En nous promenant sur la rive, on peut voir au loin la prison d’Alcatraz qui signifie en espagnol pélicans. C’est dans cette prison que Al Capone entre autre a été incarcéré. Elle a été fermée en 1963 après 29 années de service car sa réhabilitation aurait engendré un coût beaucoup trop important.

Il y a deux navires de guerre construits pendant la seconde guerre mondiale ouverts au public mais moyennant un certain coût trop élevé pour une famille.

Au même endroit, nous visitons le musée mécanique dans lequel se concentre un tas de vieilles machines de foire et d’automates (plus de 300) datant du XXe siècle. Il s’agit d’une collection privée, l’une des plus importantes dans ce genre. Nous restons un moment à découvrir et à nous amuser en nous admirant dans un miroir déformant; une belle partie de rigolade !! 😊

Nous continuons notre visite sur le quai et arrivons au « Pier 39 ». La jetée 39 est un lieu où se concentrent une centaine de lions de mer lézardant au soleil sur des pontons. Ils font un brouhaha en « aboyant », ils jouent à s’entasser les uns à côté des autres et à se pousser dans l’océan, un spectacle amusant! 

On se décide enfin à rentrer au camping car avant que la nuit tombe. Nous n’avons pas encore bien repéré le fonctionnement des différentes lignes de bus, ce qui nous a valu un retour chaotique et très long! 😉

Jamais deux sans trois, on passera une dernière nuit à côté de notre pont préféré, on commence à prendre nos habitudes.

On quitte avec regret San Francisco le mercredi 7 novembre. La ville est dans l’ensemble très plaisante, elle entre dans la catégorie de nos coups de coeur ! (Wahou!! Quelle chance 😉 )

Nous avons encore du chemin à faire pour rejoindre Los Angeles…

On privilégie la route le long de la côte pour profiter du paysage.

Nous souhaitons aussi trouver un camping pour nous poser quelques jours. Notre chauffage ne fonctionne toujours pas (il faut dire qu’on ne s’est plus vraiment penché sur la question) et on aimerait bien qu’il soit à nouveau fonctionnel avant de quitter les Etats-Unis.

Nous trouvons un superbe endroit au bord de l’océan à Jalama Beach et établissons notre campement à la base pour deux jours; finalement nous resterons une nuit supplémentaire pour en profiter davantage car… Attention (roulement de tambour!!) nous sommes heureux de vous annoncer que nous avons réparé notre chauffage. Youhouhou… Il fonctionne, à nous les grands froids !!! 🙂 Il fallait bien fêter ça.

Et puis, qui n’aimerait pas profiter d’une vue apaisante sur l’océan, avec un coucher de soleil à couper le souffle, des musiciens jouant sur la plage (et oui, on a vu un groupe de musique avec tout son matériel jouer dans le sable), voir des dauphins et des phoques, se baigner, faire des châteaux de sable… bref, que de bons moments ! Allez tout de même un aspect négatif d’un point de vue écologique, nous trouvons un peu partout des tâches noires gluantes sur les rochers, mélangé aux algues et dans le sable, nous supposons qu’il s’agit de pétrole, car on voit au loin deux “monstres” d’acier (plateformes pétrolières ?) qui n’ont pas bougés durant notre séjour. On en a un peu sous les pieds et ça ne part pas facilement du tout! 🙁

Nous repartons donc seulement le 11 novembre, dans l’idée de rejoindre Malibu.

C’est seulement à ce moment-là que nous apprenons l’existence des feux. Depuis le 8/11, nous n’avions plus de téléphone ni d’internet.

Oups!! ‘Va falloir changer nos plans, Malibu est dans les flammes. Dès que nous récupérons un peu de réseau, on contacte la famille inquiète de ne pas avoir de nos nouvelles depuis plusieurs jours et nous découvrons avec désarroi ces feux dévastateurs. Des routes sont fermées, nous restons informés pour ajuster notre itinéraire. Le doute s’installe, allons nous pouvoir atteindre Los Angeles? Nous sentons parfois légèrement le brûlé et apercevons de la fumée au loin mais sans plus, ce jour-là. 

On fait étape à Santa Barbara pour la pause déjeuner.

Suivant l’actualité et les indications routières, nous parvenons tout de même en fin de journée à Los Angeles. 

3 réflexions au sujet de « San Francisco »

  1. Coucou,
    Très chouette récit sur San Francisco on apprend plein de choses. Et qu’ils sont superbes ces couchés de soleil! On constate aussi le pied marin d’Isa!!
    Ravie aussi que vous puissiez vous écarter de tous ces incendies… Profitez bien avec vos poulettes 🙂 Biz

  2. Tout d abord un gros bravo à nos deux mag giver d avoir réparé
    le chauffage 😘🍾
    Bravo les filles vous êtes très souples et un énorme bravo à Oneylia pour son joli bonhomme sur la plage
    Gros bisous 😍

  3. Bonjour la petite famille.
    Je suis contente de savoir que tout va bien pour vous tous. Votre maman et mamie est passée me voir à l’école me donner de vos nouvelles,elle était super inquiète. Profitez bien. A bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *